comment organiser votre séance Feldenkrais Accueil        Plan du site
 

Méthode Feldenkrais
Comment organiser votre séance

 
Ressources à explorer

"Ça marche"

> Comment vous organiser

 
Cette page vous donne des indications pratiques pour vous permettre de faire chez vous l'essai de cette méthode dans les meilleures conditions.

Installation matérielle
Tenue
Vous familiariser avec les mouvements
Commencer votre séance
Organiser le déroulement de votre séance
Finir votre séance
Eviter de faire des efforts
 
 
Installation matérielle

Vous avez besoin d'être confortablement installé. Chaque détail pouvant y contribuer a son importance.

Le sol doit être suffisamment plat et dur pour vous permettre de sentir vos appuis, et suffisamment doux pour que vous vous sentiez bien. Trouvez l'épaisseur qui vous convient, sur un tapis, une moquette ou une couverture pliée.

Prévoyez suffisamment d’espace autour de vous pour écarter les jambes et les bras.
(retour en début de page)

Tenue

Vêtements souples, confortables et chauds, dans lesquels vous vous sentez à l'aise. Enlevez vos chaussures et vos lunettes, desserrez votre ceinture.

Couvrez-vous davantage si la détente musculaire s’accompagne d’une sensation de froid, ce qui est fréquent.
(retour en début de page)

Vous familiariser avec les mouvements

Votre progression sera facilitée si vous suivez l'ordre dans lequel les mouvements vous sont présentés ici.

Ainsi vous commencerez par acquérir les coordinations de base qui sont essentielles pour aborder avec aisance les étapes suivantes.

En lisant la description du mouvement, les mots vous mettent sur la piste. Et dès que vous aurez senti "de l'intérieur" le mouvement, vous serez agréablement surpris de découvrir qu’il est beaucoup plus facile à faire qu’à décrire.

Peut-être serez-vous étonné de prendre conscience que vos sensations peuvent être des guides fiables. On nous a tellement bien appris à nous méfier de nos sensations, qualifiées de "trompeuses"!

N’ayez pas le souci de la perfection. Vous allez progresser par approximations successives. Acceptez cette phase inévitable de tâtonnement nécessaire à chacun de nos apprentissages gestuels.

Si un mouvement ne vous semble pas satisfaisant lors du premier essai, ne vous en souciez plus pendant quelques jours. Laissez "décanter".

Au prochain essai, vous serez encouragé de constater que ce qui vous semblait impossible est devenu possible, ou ce qui vous semblait difficile est devenu facile.

N.B. Je vous accorde que le premier contact avec chaque mouvement sera peut-être un peu ingrat puisque vous essayerez de bouger tout en lisant la description du mouvement sur votre papier...

Mais la persévérance paie: vous serez vite libéré de votre papier. Dès que vous aurez réellement "senti" ce qui vous est proposé au travers de chaque mouvement, votre corps aura vite fait de le mémoriser.
(retour en début de page)

Commencer votre séance

Dès que vous êtes confortablement allongé sur le dos (avec les jambes pliées, si votre région lombaire en a besoin), tournez votre attention vers l'intérieur de vous-même, préparez-vous à accueillir toutes les sensations en provenance de votre corps.

Accordez-vous une minute ou deux, qui vont être comme un sas entre ce que vous venez de vivre depuis le début de la journée et ces mouvements à venir.

Laissez votre corps se déposer sur le sol et prenez conscience de vos surfaces d'appui.

Laissez venir la sensation ou l'image des principaux volumes de votre corps: le bassin, la cage thoracique, la tête et les quatre membres.

Observez un instant le va-et-vient de votre souffle.
(retour en début de page)

Organiser le déroulement de votre séance

Votre séance sera constituée d'une séquence de plusieurs mouvements. Suivant le temps dont vous disposez, vous ferez peut-être 3, 4, ou 5 mouvements, tels qu'ils sont décrits ici.

Recherchez la variété. Faites de chaque séance une expérience nouvelle. Evitez tout rituel rigide, basé sur la sempiternelle répétition d’une même séquence.

Après quelques mouvements déjà connus, découvrez-en un nouveau à chaque séance. Progressivement vous élargirez votre répertoire.

Donnez libre cours à votre créativité en essayant de nouvelles combinaisons.
(retour en début de page)

Finir votre séance

Avant de vous relever, observez que le sol est sans doute devenu plus confortable, plus "moelleux", par rapport au début de votre séance.

Ressentez votre ambiance intérieure, avec ce qu'elle peut avoir de plus vivant, de plus chaleureux, de plus calme, de plus serein, de plus... Quel mot vous viendra à l'esprit pour qualifier votre état intérieur?

Relevez-vous, en mettant dans vos mouvements la même qualité d'attention que pendant votre séance.

Une fois debout, restez quelques instants sans bouger, à l'écoute de ce que vous pouvez ressentir d'inhabituel en vous.

Puis faites quelques pas, en sentant ce qui est plus léger, plus délié, plus vivant dans votre mouvement.

Il sera intéressant d'observer le lendemain comment vous vous sentez dans vos mouvements. Car les bénéfices d'une séance ne sont pas toujours immédiatement perceptibles.

Peut-être découvrirez-vous, à un moment inattendu, au cours d'un geste quotidien, une aisance inhabituelle.
(retour en début de page)

Eviter de faire des efforts

Nous sommes tous profondément imprégnés de cette habitude de forcer, quand les choses ne se passent pas comme nous l’attendions.

Dans cette approche du mouvement, faire des efforts n'est pas la bonne stratégie, pour une double raison:
- cela vous empêche de sentir
- cela vous détourne de la recherche d'une meilleure façon de faire.

  • Si vous forcez, vous ne pouvez pas affiner votre capacité à sentir. Pour votre ystème nerveux, il s’agit de deux programmes contradictoires, qui ne peuvent pas être exécutés en même temps.

    Au contraire, moins vous faites d'effort, plus vous êtes apte à sentir des petites différences.

    Imaginez que vous ayez en main une coupe de champagne très délicate. Si un rossignol vient se poser sur votre coupe, vous sentirez le poids très léger de l'oiseau.

    Si, par contre, vous êtes en train de déménager votre piano, l'effort que vous faites ne vous permettra pas de sentir s'il y a un rossignol sur le piano...

  • Si les résultats que nous obtenons sont décevants, nous avons intérêt à changer notre façon de faire, plutôt qu'à faire davantage de la même façon insatisfaisante.

    Forcer renforce nos programmes habituels, alors que cette technique corporelle est une opportunité de nous entraîner à des façons de faire nouvelles.

Donc, si vous vous surprenez en train de faire des efforts, cela signifie que l’organisation de votre mouvement n’est pas bonne.

Cherchez à faire autrement. Un détail est à changer quelque part. C'est en faisant différemment que vous découvrirez plus d'aisance.

Enfin, voici le plus important :
Avez-vous lu la page "Ça marche"? Elle essaie de vous communiquer l'état d'esprit dans lequel je vous souhaite de faire vos essais, pour qu'ils vous soient profitables.

 
Début de page

Accueil

 
aisance-de-mouvement.com

ALAIN GARNIER, enseignant de la méthode Feldenkrais
e-mail


© Copyright 1999 - 2016   - Tous droits réservés